ORRM | Observatoire Régional des Risques Majeurs en Provence-Alpes-Côte d’Azur
Observatoire Régional des Risques Majeurs en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Logo de la région Provence-Alpes-Côte d'AzurLogo de la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZURLogo du BRGMLogo de l'Union Européenne

Cartographie de l'aléa mouvement de terrain sur la littoral - Actions 2011 - 2014

Le département des Bouches-du-Rhône compte 362 km de littoral dont 41 km de littoral insulaire (Frioul, Maïre, Riou, Ile Verte pour les plus grandes), auxquels il faut ajouter les 78 km de littoral de l’Etang de Berre. Ce littoral est composé à 70 % de côtes basses (sableuses ou rocheuses généralement inférieures à 2 m de hauteur), les 30 % restants étant des côtes rocheuses généralement à falaises.

Compte-tenu de l'importance touristique de cette partie du littoral provençal, ce dernier est de plus en plus confronté au problème de l’érosion des falaises, avec des questions qui se posent sur la réalisation ou non de travaux coûteux de protection dans un souci d’aménagement. Cette érosion se traduit par un aléa instabilités de falaise, plus ou moins fort selon les zones du littoral.

 

Une première étude réalisée par le BRGM entre 2004 et 2007 a permis de faire un état de l’érosion des falaises côtières de l’ensemble du littoral de la région PACA, y compris des îles habitées, ainsi que du littoral de l’étang de Berre.

 

Une deuxième étude réalisée par le BRGM entre 2011 et 2014, a permis l’actualisation des connaissances et de la cartographie de l’aléa instabilité des falaises côtières plus spécifiquement sur les Bouches du Rhône.

Ayant  pour objectif d’orienter les gestionnaires dans leur mission de prévention des risques naturels, cette étude a été effectuée à une échelle régionale (1/100 000e avec une validité 1/50 000e liée à la validité de la donnée de base de la carte géologique du BRGM au 1/50 000e). Elle a permis de qualifier l’aléa instabilités sur les 362 km de côte du département des Bouches-du-Rhône. Ainsi, sur les 100 km de côte rocheuse identifiées, près de 50 % sont qualifiées en aléa faible, 30 % en aléa moyen et 20 % en aléa fort.

La cartographie de l’aléa  sur certaines zones à enjeux a pu être affinée  avec une précision au 1/10 000e.

Le programme s’est déroulé selon 3 phases de travail successives, ayant eu chacune des objectifs techniques spécifiques dont les résultats ont été discutés puis validés au cours de comités de pilotage BRGM-DDTM13 :

  • Phase 1: Actualisation des connaissances
  • Phase 2 : Investigation terrain pour qualification aléa
  • Phase 3 : Travail de synthèse.
Phase 1 : Actualisation des connaissances

Phase 2 : Investigation terrain pour qualification aléa