ORRM | Observatoire Régional des Risques Majeurs en Provence-Alpes-Côte d’Azur
Observatoire Régional des Risques Majeurs en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Logo de la région Provence-Alpes-Côte d'AzurLogo de la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZURLogo du BRGMLogo de l'Union Européenne

Evènements mouvements de terrain marquants en Bouches-du-Rhône

La plaine alluviale du Rhône partage le département en deux. Relief planaire à l’ouest, et Provence calcaire à l’est, au relief plus marqué bien que modéré. Les mouvements de terrain sont concentrés sur cette deuxième moitié. Ils sont de nature diverse : effondrement à l’aplomb des formations gypseuses, glissements de terrain dans les formations meubles, coulées de boue ou encore éboulements rocheux, particulièrement fréquents le long des falaises côtières bordant le massif des Calanques et de la Côte Bleue.

Éboulement dans la calanque des Pierres Tombées (Marseille)

Le dimanche 5 février 2006, en pleine journée, des blocs rocheux se détachent de la falaise de la “calanques des Pierres Tombées”dans le massif des Calanques de Marseille, faisant une victime. La falaise formée de bancs calcaires et de bancs marneux est sous-cavée à son pied (altération des marnes qui induit une mise en surplomb des bancs calcaires). L’éboulement s’est produit par déstabilisation de la masse en surplomb. Les bancs calcaires se sont fragmentés en blocs de plusieurs mètres cubes.

Glissements de terrain sur la commune de Vauvenargues

En janvier 1978, des glissements de grande extension se sont produits sur la commune de Vauvenargues. Suite à de fortes précipitations, les terrains meubles couvrant les pieds de versant (couvert de colluvions argileuses) se sont gorgés d’eau, et ont glissé sur plusieurs mètres, provoquant des dégâts sur les habitations,voiries,véhicules. En 1996, le même phénomène se reproduisit mais sur des surfaces plus réduites.

Effondrements récurrents sur la commune de Roquevaire

Plusieurs effondrements se sont produits sur la commune : 1970, 1971, 1990, 1998, 1999, 2004, 2005. De dimensions variables (l’effondrement de 1971 forma un trou de 50 m de diamètre et de 15 m de profondeur), ils peuvent causer de sérieux dégâts en surface. Les galeries d’une ancienne carrière souterraine exploitant le gypse sur 3 niveaux jusque dans le milieux des années 1960, forment des cavités dont le toit et les piliers peuvent s’effondrer. Deux ans après l’effondrement de 2005 eut lieu un glissement de terrain provoqué par "l'appel au vide" des formations de pentes vers le trou.

Éboulement rocheux à Carry-le-Rouet en février 2008

Le 13 février 2008, à 10 heures du matin, un éboulement rocheux se produisit sur la  commune de Carry-le-Rouet. Deux parcelles privées surplombant la falaise furent endommagées. Entre 400 et 600 mètres cubes de rochers sont tombés. Ce type de phénomène n’est pas rare sur le littoral rocheux de la Côte Bleue, les falaises en bordure de mer présentant de nombreux surplombs sont fragilisées par une fracturation arrière dense.

Coulées de boue à Marseille en octobre 2009

Les 20 et 21 octobre 2009 de fortes précipitations eurent lieu sur Marseille. Or les versants des massifs, dénudés de végétation suite à un récent incendie, ont formé des surfaces favorables au ruissellement.
Sous l'effet de la saturation en eau et du ruissellement, les matériaux meubles de recouvrement ont donné lieu à des coulées de boue guidées par les talwegs aux débouchés desquels une cinquantaine d'habitations ont été endommagées.