ORRM | Observatoire Régional des Risques Majeurs en Provence-Alpes-Côte d’Azur
Observatoire Régional des Risques Majeurs en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Logo de la région Provence-Alpes-Côte d'AzurLogo de la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZURLogo du BRGMLogo de l'Union Européenne

Les failles

Les déplacements des plaques lithosphériques s’effectuent par l’intermédiaire de mouvements le long de plans de faille où se concentrent les forces tectoniques.

Les failles sont des cassures de la lithosphère terrestre rigide accompagnées d’un déplacement relatif des deux compartiments.

Il y a fondamentalement deux types de contraintes ou forces tectoniques qui déforment les roches : les contraintes de compression et celles de tension. Dans la compression, les forces convergent. Dans la tension, les forces divergent et ont pour effet d'étirer le matériel.

Le plan de faille entre deux blocs est une zone “rugueuse” sur laquelle le glissement ne s'effectue pas facilement. Alors que les deux blocs veulent glisser le long l'un de l'autre, la faille est une surface de friction qui peut bloquer le mouvement. Il se produit donc une accumulation de déformation élastique entre les blocs qui bougent bien l'un par rapport à l'autre loin de la faille mais pas du tout le long de la faille.

L’accumulation des contraintes se poursuit jusqu’à atteindre une valeur critique que les roches ne peuvent plus supporter. Il se produit alors une rupture brutale. Les roches se détendent : c’est le séisme.

A la fin du tremblement de terre, les contraintes s’accumulent de nouveau le long de la faille jusqu’à atteindre un nou-veau seuil provoquant une nouvelle rupture : ces successions de phase d’activité et d’accalmie constituent le cycle sismique.

Au moment d'un séisme, il est possible que des petits déplacements aient lieu quelques temps avant le séisme qui se prépare. Ce sont des mouvements pré-sismiques, appelés précurseurs.

Il se peut aussi que le séisme ne rattrape pas toute la déformation accumulée, mais seulement une partie. Dans ce cas, il y a une déformation post-sismique qui s'étale sur un certain temps après le séisme. On parle alors de répliques.