ORRM | Observatoire Régional des Risques Majeurs en Provence-Alpes-Côte d’Azur
Observatoire Régional des Risques Majeurs en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Logo de la région Provence-Alpes-Côte d'AzurLogo de la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZURLogo du BRGMLogo de l'Union Européenne

Paramètres d’évaluation de l’aléa mouvements de terrain en fonction du type de phénomène

La détermination de la probabilité d’occurrence dans un délai donné et la caractérisation de l’intensité reposent sur la prise en compte :

  • des traces, des indices d’activité passée ou actuelle ;
  • des facteurs d’instabilité permanents ( = de prédisposition ou de susceptibilité) ;
  • des facteurs d’instabilité variables dans le temps (= déclenchant).

Ces paramètres dépendent du type de phénomène considéré et leur nombre est fonction de l’échelle du document cartographique.

Aléa Eboulements et chutes de blocs


Pour qu’une chute de pierres ou de blocs d’intensité donnée atteigne un point donné il faut :

  • qu’une masse rocheuse se mette en mouvement (probabilité de rupture) ;
  • que cette masse rocheuse se propage jusqu’à ce point (probabilité de propagation).

Paramètres contrôlant la rupture

  • géologie (nature, structure, pendage, stratigraphie) ;
  • état de fracturation (fissures ouvertes) ;
  • niveau d’altération de la roche, du massif ;
  • structure de la roche ;
  • circulations d’eau (action mécanique pression interstitielle, gel/dégel) ;
  • végétation (action mécanique des systèmes racinaires) ;
  • action marine en bord de mer ;
  • zone sismique, présence de cavités.

Paramètres contrôlant la propagation

  • la forme et le nombre des éléments ;
  • la nature du versant (meuble, compact)
  • la morphologie du versant (pente, régularité topographique, replats, couloir, etc.) ;
  • la présence d’obstacles (dépression, arbres, etc.).

 

 

L’intensité dépend du volume total de l’éboulement potentiel, du volume des blocs individuels, de leur énergie cinétique, de leur aptitude à se fragmenter au cours de la chute et de la propagation, de la difusion ou de la concentration du phénomène, etc

Aléa Glissement

Si le glissement est supposé, on détermine sa probabilité d’occurrence (ou aléa), s’il est passé, on détermine sa probabilité de réactivation, s’il est en cours, on détermine son activité. Dans tous les cas, l’évaluation de l’aléa suit la même démarche : identification des facteurs de prédisposition au phénomène et de déclenchement du phénomène.

Facteurs de prédisposition

  • la nature, l'épaisseur, l'altération des terrains et leurs propriétés ;
  • l’existence de discontinuités (failles, couche savon, etc.) ;
  • morphologie du site (pente, etc.) ;
  • hydrogéologie (circulations d’eau souterraine) et drainage du site.

Facteurs de déclenchement

  • d’origine naturelle (forte pluviométrie, fonte des neiges, etc.), sollicitations sismiques, érosion, crues ;
  • d’origine anthropique (terrassement (voir l'article sur la stabilisation des glissements de terrain, vibration / explosion, fuite d’eau, surcharge, pompage, etc.).
L’intensité dépend du volume total de l’éboulement potentiel, du volume des blocs individuels, de leur énergie cinétique, de leur aptitude à se fragmenter au cours de la chute et de la propagation, de la difusion ou de la concentration du phénomène, etc

Aléa Effondrement et affaissement

Dans le cas des effondrements et des affaissements, l’aléa (probabilité d’apparition du phénomène) dépend à la fois de la probabilité de présence d’une cavité en un lieu et de la prédisposition de cette cavité à la rupture.

Probabilité de présence de cavités

Selon l’échelle du rendu cartographique ;

 

  • elle est fonction de la susceptibilité du site à receler des matériaux exploitables en souterrain ou
  • sujets à dissolution, et de la présence avérée de cavités ;
  • de la connaissance géométrique de la cavité, et des caractéristiques mécaniques de son encais-
  • sant et de son recouvrement.

Facteurs de prédisposition

 
  • nature du massif rocheux ;
  • structure du gisement (pendage des couches) et de son recouvrement ;
  • conditions hydrogéologiques défavorables ;
  • facteurs géomorphologiques (falaise sous minée, présence d’un versant) ;
  • conditions d’exploitation ;
  • hygrométrie et altération du milieu.
L’intensité dépend du diamètre et de la profondeur de l'effondrement, de la mise en pente dans le cas d'un affaissement, de la présence de ruptures nettes, de la brutalité du phénomène, etc. Elle est liée de la prédisposition des terrains recouvrant la cavité à propager l'effondrement vers la surface.

Aléa Coulées de boue

La probabilité d’apparition d’une coulée dépend de la combinaison de paramètres permanents (prédisposition) et de facteurs déclenchants.

Facteurs de prédisposition

  • présence de matériaux fins, peu cohérents ou remaniés ;
  • pente / talweg ;
  • bassin versant amont et / ou nappe phréatique superficielle (circulation permanente d’eau).

Facteurs de déclenchement

  • pluviométrie exceptionnelle, en intensité et / ou sur la durée
  • apport brutal d’énergie par un glissement, un écroulement ou un séisme

L’intensité peut être approchée par l’estimation du volume mobilisé, la charge en gros blocs, ou la vitesse d’écoulement.

Aléa Retrait-gonflement des sols argileux

Actuellement, la probabilité d’occurrence du phénomène est approchée en combinant la susceptibilité des formations géologiques (sensibilité) au phénomène avec la sinistralité observée sur ces formations. Les méthodologies actuelles ne tiennent pas compte des facteurs déclenchant.

Facteurs de prédisposition (susceptibilité au phénomène)

  • forte proportion d’argile dans la formation géologique ;
  • présence de minéraux argileux gonflants dans ces argiles (argiles gonflantes).
L’intensité peut être approchée par l’évaluation de la profondeur du sol affecté ou l’ampleur des mouve- ments différentiels.