ORRM | Observatoire Régional des Risques Majeurs en Provence-Alpes-Côte d’Azur
Observatoire Régional des Risques Majeurs en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Logo de la région Provence-Alpes-Côte d'AzurLogo de la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZURLogo du BRGMLogo de l'Union Européenne

Quelques événements mouvements de terrain marquants dans les Alpes de Haute-Provence

Le département des Alpes de Haute-Provence est touché par les éboulements rocheux qui peuvent parfois être catastrophiques. Les glissements de terrain dans les matériaux meubles de couverture ou les formations marneuses type terres noires se produisent également et peuvent déplacer d’énormes volumes de terrains.

Éboulement catastrophique à Sisteron en 1886

Le 12 novembre 1886, plusieurs centaines de mètres cubes de blocs et de terre se décrochèrent de la montagne de Montgervis formée par les calcaires marneux du Crétacé inférieur. Les matériaux ensevelirent un train qui passait là. Cette catastrophe fit six morts et près d’une vingtaine de blessés. L’événement marqua beaucoup les esprits à l’époque comme en témoignent de nombreux articles de journaux et ouvrages.

Glissement de terrain du Villard-des-Dourbes (Digne-les-Bains)

En décembre 2002, c’est tout le versant entre les hameaux des Dourbes et du Villard (à Digne-les-Bains) qui est déstabilisé par un grand glissement de terrain dans les Terres Noires du Jurassique. Ce glissement a déplacé 20 millions de m3 de matériaux avec des vitesses enregistrées pouvant atteindre 10 m/jour. Un glissement avait déjà eu lieu un an auparavant, en tête du glissement de 2002. En mai 2002, il avait été observé une reprise du glissement de tête (au pied des fortes pentes).

Glissement de la Valette (vallée de l’Ubaye)

En mars 1982, un vaste glissement se produit dans les argiles glaciaires affleurant dans le bassin du torrent de La Valette (entre les communes de Barcelonnette et Saint-Pons). En 1988, des coulées se produisent depuis le front du glissement sous l’effet de circulations d’eaux à la base du glissement. Le glissement s’étend sur près de 50 ha de terrain. Bien que sa vitesse de propagation ait diminué depuis son apparition, le glissement reste toujours une menace pour la population et fait l’objet d’une surveillance [lien ver surveiollance].

Éboulement de la Rochaille en mars 2001

En mars 2001, la route départementale 900 reliant la vallée de l’Ubaye à l’Italie par le col de Larche, fût coupée par un éboulement de plusieurs dizaines de mètres cubes au lieu-dit de la Rochaille (commune de Meyronnes). Heureusement, aucune victime n’est à déplorer. Depuis, un panneau à message variable a été installé, permettant la régularisation de la circulation.

Coulées boueuses sur la commune d’Annot en 1994 et 1996

Le 5 novembre 1994, suite à de très fortes précipitations, plusieurs coulées boueuses prirent naissance depuis la falaise de grès dominant le village, et envahirent plusieurs quartiers situés en aval de la falaise ainsi que la gare. Près de 400 à 600 m3 de boue ont occasionné des dégâts sur la voie de chemin de fer et sur un bâtiment. Suite à cet événement, l’état de catastrophe naturelle sera déclaré sur la commune. En février 1996, une nouvelle coulée se produit, suite à un long épisode pluvieux. La voie ferrée fut de nouveau touchée et une maison endommagée.

Éboulement dans les Clues de Barles en janvier 2008

Le 17 janvier 2008, des éboulis en pied de falaise ont été remobilisés suite à de fortes pluies, et sont entrés en mouvement. La masse rocheuse en mouvement atteignait plusieurs dizaines de tonnes. L’ensemble a enseveli la route départementale 900a sous quelques mètres de haut. D’importants travaux de déblaiement et de sécurisation de la zone (installation de protections contre les instabilités rocheuses) ont du être réalisés, coupant la route pendant près de 5 mois.