ORRM | Observatoire Régional des Risques Majeurs en Provence-Alpes-Côte d’Azur
Observatoire Régional des Risques Majeurs en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Logo de la région Provence-Alpes-Côte d'AzurLogo de la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZURLogo du BRGMLogo de l'Union Européenne

risque nucléaire

Le risque provient de la survenance éventuelle d'accidents, conduisant à un rejet d'éléments radioactifs à l'extérieur des conteneurs et enceintes prévus pour les contenir. Les accidents peuvent survenir :

  • lors d'accidents de transport, car des sources radioactives intenses sont quotidiennement transportées par route, rail, bateau, voire avion,
  • lors d'utilisations médicales ou industrielles de radioéléments, tels que les appareils de contrôle des soudures (gammagraphes),
  • en cas de dysfonctionnement grave sur une installation nucléaire industrielle et particulièrement sur une centrale électronucléaire. L'exemple le plus grave d'un tel accident est celui survenu dans le complexe de Tchernobyl en Ukraine.

Aucun accident nucléaire entraînant des conséquences pour la population n’est survenu en France à ce jour et la probabilité d’un tel événement est faible.

Ce risque ne pouvant être exclu, des plans d’urgence prennent en compte la possibilité d’un rejet important de radioactivité dans l’environnement, pouvant entraîner une exposition des populations avoisinantes ou la contamination de l’environnement (sol, cultures, bétail…). Ces plans sont régulièrement testés par l’exploitant et les pouvoirs publics.

 

Dans les installations nucléaires, classées « installations nucléaires de base (INB) » des barrières successives sont interposées entre la matière radioactive et l’environnement. Pour qu’il y ait relâchement accidentel d’éléments radioactifs, il faudrait une succession de défaillances de systèmes indépendants.

 

Une personne peut être exposée à la contamination radioactive :

  • par exposition externe, lorsque la source radioactive est à l’extérieur de l’organisme.
    • si la source est distante (source ponctuelle, sols contaminés…), on s’en protège en se plaçant derrière des écrans (paroi en métal, mur en béton) ou en s’éloignant de la source.
    • si la source est située sur la peau ou les cheveux (poussières radioactives…), on l’élimine par simple lavage (sans frotter) l’eau entraînant la contamination.
  • par exposition interne lorsque la source radioactive est absorbée à l’intérieur de l’organisme. Elle peut intervenir de plusieurs façons :
    • par inhalation de particules radioactives présentes dans l’air (exemple : lors du passage du panache radioactif, après remise en suspension de la contamination déposées dans l’environnement…) ;
    • par ingestion de produits contaminés (exemple : aliments…) ;
    • par pénétration transcutanée d’une contamination déposée sur la peau.

La contamination interne peut s’éliminer, partiellement ou totalement, par les voies naturelles ou par traitement médical.

 

D’une manière générale, l’impact sanitaire est d’autant plus important que le temps d’exposition à la source radioactive est long.

 

Enfin, certaines INB peuvent présenter des risques toxicologiques, thermiques ou de surpression, au même titre que les ICPE.

 

Pour en savoir plus  : http://www.asn.fr/L-ASN/ASN-en-region/Division-de-Marseille/Actualites-de-votre-region