ORRM | Observatoire Régional des Risques Majeurs en Provence-Alpes-Côte d’Azur
Observatoire Régional des Risques Majeurs en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Logo de la région Provence-Alpes-Côte d'AzurLogo de la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZURLogo du BRGMLogo de l'Union Européenne

rupture de barrage

Un barrage est de manière générale un ouvrage artificiel, établi en travers du lit d’un cours d’eau et retenant de l’eau. D'autres barrages permettent de stocker de l'eau en captant les eaux de ruissellement, ou par pompage. On parle alors de retenues collinaires.

Les barrages ont plusieurs fonctions, qui peuvent s’associer : la régulation de cours d’eau (écrêteurs de crue, maintien de niveau minimum des eaux en période de sécheresse), l’irrigation des cultures, l’alimentation en eau des villes, la production d’énergie électrique, la retenue de rejets de mines ou de chantiers, le tourisme et les loisirs, la lutte contre les incendies...

 

On distingue deux types de barrages selon la nature des matériaux qui les composent : remblais de terre et d'enrochements avec profil triangulaire, barrages en maçonnerie ou en béton de type poids ou de type voûte (courbure convexe).
 

Un barrage n’est pas inerte. Il vit, travaille et vieillit en fonction des efforts auxquels il est soumis. Le risque majeur lié à la présence d’un barrage est la rupture, entraînant l'inondation de la vallée en aval. Il s'agit cependant d'une catastrophe exceptionnelle en Europe (6 cas recensés depuis 1950).

 

En 2007, les barrages ont été classés selon 4 classes (de A à D) en fonction de leur hauteur et du volume de leur retenue. Chaque classe requiert un niveau de surveillance de la part du propriétaire du barrage et définit une périodicité d'inspection de la part de la DREAL, Service Prévention des Risques, Unité Contrôle des ouvrages hydrauliques.

 

La destruction partielle ou totale d’un barrage peut être due à différentes causes :

  • techniques : défaut de fonctionnement des vannes permettant l’évacuation des eaux lors de crues ; vices de conception, de construction ou de matériaux, vieillissement des installations ;
  • naturelles : séismes, crues exceptionnelles, glissements de terrain ;
  • humaines : insuffisance des études préalables et du contrôle d'exécution, erreurs d’exploitation, de surveillance et d’entretien, malveillance.

Le type de rupture dépend des caractéristiques propres du barrage. Ainsi, elle peut être :

  • progressive : dans le cas des barrages en remblais, par érosion régressive, suite à une submersion de l'ouvrage ou à une fuite à travers celui-ci ;
  • brutale dans le cas des barrages en béton, par renversement ou par glissement d'un ou plusieurs plots.

Pour en savoir plus :