ORRM | Observatoire Régional des Risques Majeurs en Provence-Alpes-Côte d’Azur
Observatoire Régional des Risques Majeurs en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Logo de la région Provence-Alpes-Côte d'AzurLogo de la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZURLogo du BRGMLogo de l'Union Européenne

Signal d’alerte et organisation des secours

En cas de crise, le signal national d’alerte est lancé par le Maire ou le Préfet. Les rôles respectifs de ces derniers dépendent de l’étendue de la catastrophe. Ils sont chargés d’organiser et de coordonner les secours déployés. La population doit, quant à elle, connaître les précautions minimales à prendre avant, pendant et après l’apparition du phénomène.

La loi n°2004-811 de modernisation de la sécurité civile du 13 août 2004 porte sur la doctrine et l’organisation de la sécurité civile.

En cas d'émission du signal national d’alerte, la population doit se mettre à l’écoute de la radio (RadioFrance ou radios locales). Les premières informations y seront communiquées, ainsi que les consignes à adopter.

Le signal national d’alerte, appelé aussi “Alerte Risque Majeur”, annonce un danger imminent (nuage de produit toxique, fuite de gaz, tornade....). Le signal de début d'alerte consiste en trois cycles successifs d'une durée de 1 minute et 41 secondes chacun et séparés par un intervalle de 5 secondes.

Avant la crise, une bonne organisation et préparation des secours est essentielle pour la gestion de la crise. En cas de phénomène grave, la mise en œuvre rapide et efficace de tous les moyens disponibles dépendra de cette planification préalable des secours.

En cas de crise, il s'agit alors de combattre le sinistre avec le maximum d'efficacité, en assurant la cohérence stratégique des décisions qui sont prises, aussi bien pour la protection de la population que pour la résorption du risque et de la préparation de l'après crise.

Le Maire Le Préfet intervient :
est responsable de la mise en œuvre sur le territoire de sa commune de l'ensemble des mesures  ordre, à la sûreté et à la sécurité publique” (art. L.2212.2 et suivants du code général des collectivités territoriales). La responsabilité de l’organisation et de la coordination des secours lui incombe donc en premier lieu.
  • pour se substituer à un Maire défaillant dans l'exercice de ses pouvoirs de police ;
  • lorsque le problème concerne plusieurs communes du département ;
  • pour la mise en œuvre de pouvoirs de police spéciaux,,en liaison avec l'émergence de risques nouveaux,en particulier technologiques ;
  • dès que la nature ou l'importance du sinistre le justifie.

Le Plan Communal de Sauvegarde (PCS) concerne l’organisation des services communaux en cas de crise. Il est fortement conseillé au Maire de l’établir (obligation dans certains cas)* afin de préparer au mieux l’organisation de secours surtout dans les premières heures de crise qui sont les plus intenses. Ce plan prévoit la mise en place d’une petite équipe de crise autour du Maire au sein d’un poste communal de commandement. Il doit également prévoir la transmission des informations vers la Préfecture.

*Le PCS est obligatoire pour les communes dotées d’un PPR naturel approuvé et pour celles comprises dans le champ d’application d’un Plan Particulier d’Intervention.

Le plan ORSEC (Organisation de la Réponse de la SEcurité Civile) est un plan d’organisation de la direction des secours et permet la mobilisation des moyens publics et privés nécessaires à l’intervention. Les secours sont répartis en 4 services :
  • Sapeur-pompiers : premiers secours et sauvetage ;
  • SAMU-DDASS : soins médicaux et entraide ;
  • Services de Transmission de l’Intérieur : police et renseignement ;
  • DDT ou DDTM : travaux et transports.

C’est le Préfet qui décide de la mise en route du plan ORSEC dans son département. Le plan ORSEC prévoit l’organisation des transports, de la circulation, de l’accueil et de la protection des sinistrés.