ORRM | Observatoire Régional des Risques Majeurs en Provence-Alpes-Côte d’Azur
Observatoire Régional des Risques Majeurs en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Logo de la région Provence-Alpes-Côte d'AzurLogo de la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZURLogo du BRGMLogo de l'Union Européenne

Vernègues

« La secousse y a été formidable »

Dommages

A Vernègues, on déplore deux morts, quatre blessé graves. Une très grande partie de l’agglomération est très fortement endommagée. Comme à Rognes, la topographie a amplifié la secousse sismique. Le montant des dommages est chiffré à 300 000 francs - or 1909 soit environ 1,1 millions d’euros (d’après Payany M., 1983. Simulation du séisme provençal de 1909 : le séisme d’après les documents de l’époque. Dossier technique A. CETE Méditerranée).

Note : La conversion francs 1909 - euros 2009 est donnée par le tableau de l’INSEE.

Témoignages

Extraits de « la Croix des Alpes » du 20 juin 1909 (voir le site « Sisfrance » du BRGM) : "La secousse y a été formidable. D’après le récit des personnes qui étaient dans les champs au moment du cataclysme, un grondement sourd, semblable au bruit d’un terrible orage, est venu de Lambesc, apportant le bruit de l’effondrement de cette ville ; puis la terre a tremblé et toutes les maisons de Vernegues se sont écroulées. La secousse allait de l’est à l’ouest, avec un mouvement giratoire. Le Jas et Cazan ont peu souffert ; mais Vernègues la principale agglomération, n’existe plus. deux maisons sont encore debout, l’église et la cure sont un amas de pierres ; la mairie est lézardée, inutilisable. Les pertes matérielles sont énormes. Les habitants sont sans abris, sans un morceau de pain. Les vers à soie qui, chaque année, donnent un rendement considérable, ont tous péri.

En outre (sic) des pertes matérielles, on a déploré la mort de deux habitants. Le premier laisse une veuve et quatre enfants en bas âge, dénués de tout. Mme Augustine Combe, enterrée jusqu’au cou sous les plâtras est restée dans cette situation jusqu’aux premières lueurs du jour. C’est alors seulement qu’on a pu la retirer ; dans l’obscurité, un éboulement eût pu mettre en péril la victime et les sauveteurs. Le jeune L. Honorat dont la maison s’est ouverte en éventail, a été projeté par le choc à 30 mètres dans un champ et n’a pas eu de blessures. La sœur Marguerite a pu, d’elle-même sortir indemne de l’amas de poutres et des plâtras. Les secours furent apportés sur le champ aux victimes. Qu’on nous permette de louer le courage de la population de Vernègues, guidée et encouragée à ce moment par son curé, M. l’abbé Granier. Remercions la population d’Alleins qui dès la première heure s’est rendue sur les lieux du sinistre et a coopéré au sauvetage".

Pour aller plus loin