ORRM | Observatoire Régional des Risques Majeurs en Provence-Alpes-Côte d’Azur
Observatoire Régional des Risques Majeurs en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Logo de la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZURLogo du BRGMLogo de l'Union Européenne

Quels sont les phénomènes "Inondation" ?

La totalité de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur est soumise au risque inondation. Les caractéristiques climatiques et morphologiques engendrent des inondations de type très variées, sans que la frontière soit toujours très nette :

  • les départements alpins ou aux reliefs très marqués sont généralement soumis à des inondations de type torrentielles, caractérisées par leur soudaineté ;

  • les départements moins montagneux sont plutôt affectés par des inondations de plaine, donc plus lentes, notamment sur les grands cours d'eau ;

  • les départements littoraux peuvent, quant à eux, être soumis à des submersions marines que ce soit sous forme de tempêtes ou de Tsunamis. Par ailleurs la problématique de la gestion des digues est très importante en région PACA.

L'ampleur de ces inondations va dépendre de :

  • l'intensité et la durée des précipitations ;

  • la surface et la pente du bassin versant ;

  • la couverture végétale et la capacité d'absorption du sol, cette dernière dépendant elle-même de la saturation, donc des pluies antérieures ;

  • la présence d'obstacles à la circulation des eaux. Elle peut être aggravée, à la sortie de l'hiver, par la fonte des neiges.

En région PACA, les inondations peuvent se manifester sous différentes formes répertoriées en cinq grandes catégories :
  • Les inondations lentes ou crues de plaine sont des inondations à cinétique lente et concernent majoritairement les grands cours d’eau de la région, notamment le Rhône (crues de 1856, 1994,2003), la Durance (1886 et 1993-94), ou le Var (1994),
  • Les crues torrentielles ou à cinétique rapide sont générées par des épisodes pluvieux intenses se produisant sur des bassins versants où les eaux de ruissellement se concentrent rapidement dans le cours d’eau, elles concernent notamment les affluents des grands cours d’eau ou les fleuves côtiers tels que l’Ouvèze (crue de Vaison-la-Romaine en 1992), le Lez (Pertuis en 1993), le Guil ou encore la Siagne (1994),
  • Le ruissellement en secteur urbain (Marseille en 2000 et 2003 ; Aix-en-Provence en 1994)
  • Les submersions marines
  • Les tsunamis.
Date: 
Lundi, 21 Décembre, 2015